Appartenance et inclusion : encore du travail à faire dans les collectivités canadiennes!

Logement abordable, possibilités d’emploi et sécurité publique — les principales préoccupations identifiées par Signes vitaux

OTTAWA, ON – Les collectivités canadiennes n’en font pas assez pour que les gens aient le sentiment d’avoir leur place, selon un nouveau rapport national de Fondations communautaires du Canada. La publication, intitulée Signes vitaux, examine les nombreuses façons dont les systèmes en vigueur dans la collectivité ont une incidence sur le sentiment d’inclusion.

Logement abordable, possibilités d’emploi et sécurité publique : selon les Canadiens, ce sont les trois principaux éléments qui font d’une collectivité un endroit où il fait bon vivre. Pourtant, la hausse du coût du logement, les inégalités économiques et le manque de confiance dans les institutions publiques dressent des barrières systémiques à l’appartenance, surtout pour les nouveaux arrivants, les minorités visibles et les Autochtones.

Le rapport mentionne que l’inclusion est difficile lorsque le logement est de piètre qualité, ce qui est la réalité de groupes à faible revenu et de communautés autochtones (pour ces dernières, cette situation est un emblème de la colonisation). On examine également le système économique qui augmente les inégalités en matière de richesse ainsi que les disparités en ce qui a trait aux possibilités d’emploi et de revenus pour les personnes vivant en marge de la société. Les nouveaux arrivants sont davantage touchés par le chômage et les bas salaires, situation qui n’a fait qu’empirer ces 30 dernières années alors que les minorités visibles ne gagnent que 80 % du salaire moyen des Canadiens — pour les Autochtones, c’est moins de 75 % du salaire moyen.

La sécurité est également cruciale pour l’appartenance. La criminalité diminue au Canada et la plupart des gens se sentent en sécurité là où ils vivent, mais beaucoup éprouvent un sentiment d’insécurité à cause du racisme systémique et du manque de services publics culturellement sécuritaires. Plus d’un Canadien sur cinq dit avoir été victime de discrimination au cours des cinq dernières années. Pour leur part, les minorités visibles et les Autochtones ont moins confiance dans les services publics, par exemple la police, pour leur venir en aide et les protéger.

« Au cours des 20 prochaines années, nos collectivités deviendront encore plus diversifiées, c’est pourquoi nous devons faire davantage pour que tous aient le sentiment d’avoir leur place, mentionne Andrew Chunilall, chef de la direction de Fondations communautaires du Canada. Lorsque le logement n’est pas abordable pour une famille moyenne, ou lorsque le système économique n’offre pas à tous des chances égales, des gens peuvent se sentir isolés, même si leurs liens avec le Canada sont très forts. En concevant les collectivités de l’avenir, nous devons modifier les façons de penser qui ont mené à la marginalisation de tant de personnes. »

« En soi, l’accès à un logement abordable, le fait de se sentir en sécurité dans son quartier et les bonnes possibilités d’emploi ne suffisent pas à insuffler un sentiment d’appartenance. Mais lorsque ces éléments s’imbriquent avec d’autres aspects de la vie communautaire (par exemple, la participation à une vie artistique florissante ou l’abonnement à la bibliothèque), nous pouvons commencer à développer un plus profond sentiment d’appartenance », affirme Lee Rose, directeur des connaissances communautaires et responsable national de Signes vitaux.

Le rapport national Signes vitaux 2017 est le troisième d’une série qui, depuis quelques années, se penche sur l’appartenance, un thème devenu un domaine d’intérêt stratégique pour Fondations communautaires du Canada et pour beaucoup de fondations communautaires canadiennes. Cette année, 39 collectivités canadiennes et 28 collectivités d’autres pays ont participé au programme Signes vitaux qui vise à favoriser l’engagement civique et à alimenter le débat public.

Lisez tous les rapports nationaux Signes vitaux sur l’appartenance à http://communityfoundations.ca/fr/signesvitaux/appartenance/. Voyez celui de 2017 ci-dessous :

-30-

À propos de Fondations communautaires du Canada

Fondations communautaires du Canada est le réseau national qui regroupe les 191 fondations communautaires canadiennes. Notre mouvement philanthropique œuvre dans divers secteurs afin d’aider les gens d’ici à bâtir des collectivités fortes et dynamiques.

À propos de Signes vitaux

Signes vitaux est un programme national piloté par les fondations communautaires et coordonné par Fondations communautaires du Canada; ce programme s’appuie sur des connaissances locales pour mesurer la vitalité de nos collectivités et soutenir des actions favorisant une meilleure qualité de vie.

 

Personne-ressource pour les médias :

David Venn
Directeur des communications
Fondations communautaires du Canada
Téléphone : 613 236-2664, poste 302
Télécopie : 613 266-6917
Courriel : dvenn@communityfoundations.ca

Pour d'autres nouvelles et mises à jour, abonnez-vous à notre cyberbulletin, visitez notre page Facebook, ou suivez-nous sur Twitter