Cet article fait partie d’une série en cours sur les fondations communautaires qui mettent en œuvre les objectifs de développement durable (ODD) des Nations-Unies. Pour plus d’information sur les ODD, consulter notre Guide et coffre à outils sur les ODD.

La déforestation, l’urbanisation et les changements climatiques ne sont que quelques-uns des enjeux mondiaux qui nous obligent à trouver et à mettre en œuvre des solutions. Ce sont également des enjeux qui nous touchent de près.

C’est ce qui se passe actuellement au canton de Centre Wellington, en Ontario. Au cours de la prochaine décennie, Centre Wellington sera confronté à la déforestation en raison de l’urbanisation rapide et de l’arrivée récente de l’agrile du frêne, une épidémie nationale qui détruira 99 % des frênes de la région. 

C’est pourquoi la Centre Wellington Community Foundation (CWCF) mobilise des solutionneurs de problèmes pour trouver des solutions en utilisant les objectifs de développement durable des Nations unies, qui procurent un modèle pour promouvoir la prospérité des citoyens du monde et de notre environnement, dont la préservation de nos forêts. Et ça fonctionne : en 2019, un groupe de bénévoles a planté 24 000 arbres.

« Les fondations communautaires travaillent comme tierce partie impartiale au sein de la communauté », déclare J. Raymond Soucy, directeur général de la CWCF. « Nous n’avons qu’un seul intérêt, soit le bien de la communauté. »

« Nous avons déjà constaté une perte importante de frênes, et financé des projets comme Communitrees, qui plante des arbres sur des sentiers et des espaces verts. Nous avons également un nouveau financement Terra Fund, justifié par les problèmes mondiaux comme la déforestation qui se répercute ensuite sur les zones locales. »

Déterminer à qui et comment offrir le soutien nécessaire est une tâche ardue. Le rapport Vital Signs est un outil qui aide la CWCF à cette fin.

Bénévoles de Communitrees luttant contre la déforestation.

Vital Signs, fournir des données et une orientation

En 2019, la CWCF a publié son deuxième rapport Vital Signs, qui recueille des données locales sous la forme d’un « instantané de la communauté ». Ce rapport illustre les forces actuelles et définit les problèmes que la communauté estime les plus urgents. Il contribue également à rassembler les gens.

Pour Raymond Soucy, chaque « rapport Vital Signs a été incroyablement utile. Non seulement Vital Signs nous a permis d’obtenir des subventions, mais il nous a aussi aidés à établir des partenariats et des relations dans toute la communauté – ce rapport à lui seul nous garantit du travail pendant au moins trois ans. »

Cela ne s’est pas fait sans courbe d’apprentissage. 

« Notre premier rapport a été produit en 2015 et la communauté ne comprenait pas trop à quoi il servait », nous dit Raymond Soucy en riant. « Lors du lancement du deuxième rapport en 2019, nous avons fait salle comble; Vital Signs ayant gagné en popularité. »

Le rapport s’est également traduit par des avantages inattendus. 

« La communauté elle-même utilise le rapport », poursuit Raymond Soucy. « Des organismes comme les Grands Frères et les Grandes Sœurs l’utilisent pour demander des subventions gouvernementales. Les églises locales, la justice sociale, la banque alimentaire; elles l’utilisent toutes. On présente aux nouvelles entreprises « Si nous étions un village de 100 habitants » pour qu’elles puissent mieux nous comprendre » (voir ci-dessous).

Une page du rapport Vital Signs 2019 de la CWCF (anglais seulement).

La section Environnement du rapport présente des données qui renforcent les préoccupations de la communauté. En ce qui concerne l’agrile du frêne, la CWCF a constaté que 20 % des arbres actuels des boisés sont des frênes. Ceux-ci seront tous perdus d’ici 10 à 15 ans. La croissance de la population est également une préoccupation environnementale, un résident local ayant dit qu’il prévoyait que l’urbanisation entraînerait « la déforestation, l’intensification de la circulation, de l’activité touristique, etc. »

Sur une note positive, le rapport illustre les forces de la communauté comme le programme Green Legacy, qui a permis de planter plus de 24 000 arbres en 2019 – une réalisation locale face à la déforestation.

« Grâce au financement de programmes comme Communitrees et Green Legacy, nous démontrons que des initiatives sont menées dans ce domaine », ajoute Raymond Soucy.

Rapport Vital Signs 2019 de la CWCF (anglais seulement).

Utiliser les objectifs de développement durable comme langage commun

« La prochaine étape, ce sont les objectifs de développement durable », déclare Raymond Soucy. « Ils sont nouveaux pour nous, mais je crois que d’ici quelques années, nous en entendrons beaucoup parler. »

Les Nations Unies ont créé les objectifs de développement durable (ODD) comme langage commun pour discuter des objectifs partagés de l’humanité. Ils sont déjà utilisés dans le monde entier pour définir des solutions.

La CWCF a intégré les objectifs mondiaux à la fin de son rapport Vital Signs, en les associant aux thèmes pertinents du rapport. La section du rapport consacrée à l’environnement s’aligne sur l’ODD 13 (Mesures relatives à la lutte contre les changements climatiques) et l’ODD 15 (Vie terrestre).

Les ODD ont été intégrés au rapport Vital Signs pour des motifs de liaison et de communication. Tout comme le rapport Vital Signs a permis d’établir de nouvelles relations, les ODD rassemblent des solutionneurs de problèmes de partout à travers le monde et mènent à des partenariats à l’échelle mondiale.

« Nous voulons être prêts et comprendre les ODD », déclare Raymond Soucy. « Plus on en parle, plus cela devient une initiative locale – il est important pour nous de ne pas être à la traîne. »

Les membres de la CWCF se réunissent pour parler de l’avenir.

Ces articles ont été compilés avec la collaboration de rédacteurs et rédactrices de The Starfish Canada. C’est avec fierté que nous travaillons avec des jeunes qui font avancer les ODD au Canada.